« É
coute, observe et tais-toi, si tu veux vivre. » C’est à peu de choses près ce que ma grand mère me répétait sans cesse quand j’étais plus jeune. Les épreuves nous font grandir, les déceptions nous font avancer. Je n’ai jamais été une grande optimiste, mais quand je regarde mon parcours, mon enfance, les gens que j’ai perdu, ceux qui m’ont abandonnée, je me sens chanceuse. 2015-06-02 14.03.10

A
ujourd’hui je sais que je n’ai pas traversé tout ça pour rien. Qui je suis repose entièrement sur mes expériences passées, bonnes ou mauvaises. Je suis reconnaissante pour tout ce que la vie m’a donnée. Les choses qui me semblaient les plus importantes avant ne sont plus que des futilités. À présent, je ne me concentre que sur l’essentiel, vivre ma vie en adéquation avec qui je suis. En philosophie, on dit que pour être heureux il ne faut pas dépendre des autres, que le seul moyen d’atteindre la plénitude c’est de ne compter que sur les actions que l’on peut réaliser, les choses que l’on peut faire, les aventures que l’on peut vivre. Il faut que chaque chose qui nous rende heureux soit directement lié à ce que nous sommes. J’avais l’habitude de trouver ça con, pour moi il n’y avait rien de mieux que les amis, les rêves plein la tête, les ambitions. Mais aujourd’hui j’ai compris. J’ai compris que parfois les amis ne le restent pas indéfiniment, que tous les rêves ne sont pas faits pour être réaliser et que parfois la meilleure chose qui puisse nous arriver, c’est de nous retrouver seul avec nous-même et que cela suffise.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s